dormez braves gens , tout est calme ....

 

    

* prenez  bien  garde  aux  larmes  des  petits *

 

 

 révolution

le temps du sang va revenir

1789 , 1870   et  le  petit  68

la canaille   les gueux   les pauvres

noblesse laminée de misère

crasseuse de douleur et de peine

se réveilleront à la vie

les pics rouillés vont resplendir                           

le fric va gicler de vos culs

les Temps ne sont pas morts

ils dorment au fond de nous

vous allez voir      le temps du sang revient

                                                                               j-phil  (2001)

        l'argent "mort" du coffre des banques et des grandes fortunes

             l'argent vampire qui  "travaille" avec les bras des autres

                    l'argent qui ne sert qu'à modeler des esclaves .....

                                                           .... créer des  problèmes ......

                   ... pour  offrir  des  solutions  miracles à coup de fric .....

            et bien d'autres ......technologie  mentale d'automatisation ...

    un sommeil bien profond....un réveil plein d'émotions .......

 

   POURQUOI  DIEU  A-T-IL  DONNE  L'ARGENT  AUX  CONS    ?

   *lire  "place des nazes dans notre société " par  J.Duc

 

   les riches ont toujours pris les pauvres pour des cons........jusqu'à ce que

      leur tête balance au bout d'un pic....ainsi soit-il  (J.Duc)

 

* DELIT   D'OPINION 

 dans  une France qui n'est plus une démocratie en 2017  !       DANGER

                                                                                              

     BIG BROTHER est de retour

                                      grâce à l'insécurité ...

                              dormez  braves gens Big Brother  veille ......

   
   
              

 

                    
   
       

 

 
Article premier—Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.
II—Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.
III—Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.
IV—La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.
V—La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.
VI—La loi est l'expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.
VII— Nul homme ne peut être accusé, arrêté ou détenu que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l'instant ; il se rend coupable par la résistance.
VIII—La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.
IX— Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.
X—Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.
XI— La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.
XII—La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.
XIII—Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés.
XIV—Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.
XV—La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.
XVI—Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution.
XVII—La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.

 

 
                                                       

 

 

  CONSTITUTION de 1793   article 35

  Quand le gouvernement viole les droits du peuple ,l'insurrection est ,pour le peuple et pour chaque 

   portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

                                  

 

 

  CODE PENAL/partie législatve/livre IV/titre III/chapitre II/section 2/paragraphe 1 :

  ARTICLE 432-4:

  Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une  mission de service public, agissant dans  l'exercice ou à

  l'occasion de l'exercice de ces fonctions ou de sa mission, d'ordonner ou d'accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté

  individuelle est puni de 7 ans d'emprisonnement et de 100000 euros d'amende.

  Lorsque l'acte attentatoire consiste en une détention ou une rétention d'une durée de plus de 7 jours , la peine est  portée à 30 ans

  de réclusion criminelle et à 450000 euros d'amende.

 

  1984         big brother

La dictature parfaite serait une dictature

qui aurait les apparences de la démocratie,

une prison sans murs dont les prisonniers

ne songeraient pas à s'évader,un système

d'esclavage où,grâce à la consommation

et au divertissement,les esclaves

auraient l'amour de leur servitude.

Huxley

 

 

 

l'intelligence humaine en régression depuis 1990 (l'effet Flynn est en chute)

cela se constate partout !

les c.. se reproduisent plus vite que les autres

 

   

 

 
            

 

pourquoi dirions nous la vérité,cherchez vous trouverez

 

 

       Réalisation  jphill   /  contact : jphill@sfr.fr                       Site poèsie : jphil.fr